Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2 articles avec humour

Langage anniversaire Trisomie Yann

Publié le par Jaz

Introduction aux jeux de langage

Introduction aux jeux de langage

Yann a 22 ans. Nous avons fêté son anniversaire chez un "chinois", avec sa famille, son copain Tony trisomique et sa mère, une copine de sa mère, un copain de son père, M* et moi, son "orthophoniste".

J'ai été étonnée de la façon dont il maîtrisait la situation tant par son langage que par son comportement. Il avait fière allure avec son "costume" se levant pour me servir à boire avec le style d'un sommelier. Sa mère a vraiment raison quand elle pense que "travailler" dans un restaurant semi protégé lui conviendrait parfaitement. Il adorerait. Il lui faudrait juste apprendre à ne pas parler de lui-même !!!! ou presque. Il serait ravi d'entrer dans les routines de ce type de lieu.

Mais... ce jour là, il était impatient de découvrir ses cadeaux, avant même le repas partagé. Je n'ai pu assister au déballage des premiers (il fallait trouver à garer la voiture). Quant aux miens, il a été si heureux de la carte musicale prévue pour un gamin à en juger par les illustrations... tout excité. Il s'est résolu tant bien que mal à déchiffrer quelques mots du "mon premier livre de blagues" que je lui ai offert histoire de lui faire réaliser qu'il y différentes façons de parler etc... sans bien comprendre mais ce sera un outil de travail de plus pour accéder à la distance nécessaire qui permet le jeu de langage de l'humour;

Il a photographié en détail les éléments du décor et les plats, photos très réussies. Sa mère l'initie à des recettes simples, il est dans son élément. Au moment de souffler sur les bougies du gâteau d'anniversaire surplombé de deux 2 il était ravi que nous chantions tous en choeur. Puis on a demandé à son copain de le chanter en portugais, et c'est la seule fois où je l'ai vu participer verbalement à cette rencontre conviviale où il connaissait tout le monde sauf M*. Il est vraiment à l'opposé de Yann, dans une extrême réserve. Deux trisomiques certes mais chacun d'entre eux a son type de relation aux autres et ses modes d'expression.

Partager cet article

Repost 0

Etayage du récit par l'image 1 Trisomie (Artus)

Publié le par Jaz

Compréhension d'une histoire drôle

Compréhension d'une histoire drôle

En ce début d'année, nous abandonnons provisoirement le travail entrepris sur l'inversion toi/moi qui justifiait aux yeux d'Artus le fait de venir me voir encore, conscient de ne pas trop s'y retrouver, et je lui propose une pile de livres d'images à raconter sur des livres dont il connait certains comme le Fourgon, Dialogue, les mésaventures de IKS, OKS et Cie, et un nouveau, très ancien, immense qui s'effrite presque... "Le baron de Crésus" (Flammarion 1940) regroupant des bandes "humoristiques" paraissant dans des journaux comme le professeur Nimbus ultérieurement. C'est une façon d'arriver à se décentrer qui consolidera nos premiers essais autour de l'inversion pronominale dans le dialogue.

Il ne veut pas des autres et je lui laisse choisir les lignes d'images qu'il voudra bien raconter.

- La première l'intéresse, "Ne dénichez pas les nids ... tôt ou tard cela vous retombera sur le nez..." Il identifie le personnage et voit qu'il s'agit de pousser le nid, nous faisons un travail de langage en identifiant les éléments figurant sur l'image (dont le bâton qu'il va utiliser. Est-ce sa canne ?) et le comique de la situation. La dernière image parle d'elle-même et il a bien compris qu'il y avait des oeufs dans le nid dont il a fait partir l'oiseau qui les couvait.

Ce genre de travail n'avait pas été fait en période d'acquisition du langage puisqu'il avait été dans une situation d'apprentissage classique basé sur la répétition et l'imitation avant d'entrer au collège et ne comprenait rien de ce qu'il lisait ou écrivait quand nous avons commencé notre travail en 6e. A chaque tentative pour travailler avec les supports pré-cités, il protestait, je ne suis plus un bébé.

- Il choisit une deuxième série en bas de la page, "Le pot de terre et le crâne de fer" (un pot de fleur lui tombe dessus et recouvre sa tête en s'enfonçant, 2 agents essaient de l'arracher de la tête, en vain, l'un d'eux brandit sa matraque pour essayer de l'en délivrer. Nous en restons à identifier personnages et situation...

- La troisième est celle de l'illustration de cet article : "des méfaits de la vanité". Artus a déjà été intéressé par la pile d'assiette qui bascule et a du s'identifier au héros quand il assemble les morceaux (cf. sa stéréotypie dans ses dessins depuis toujours). je l'aide à identifier l'avant-dernière image où il "boit" pour fêter l'exposition de son "oeuvre".  Comme il a lu la "morale" j'explique le terme "vanité" sans insister sur "Un malheur n'arrive jamais seul...". 

- La quatrième en haut de la page suivante permet d'approfondir le travail de décryptage de l'image, je dois lui expliquer qu'il s'agit d'un piège de braconnier, d'attacher la ficelle sur un petit arbuste et il s'appuie sur l'écrit pour comprendre que le personnage a été pris à son propre piège. "Du travail bien fait... même pour gros gibier".

- La cinquième permet d'établir des liens logiques entre deux éléments essentiels de l'image : le thermomètre et le radiateur. "De gré ou de force... le thermomètre remontera". Je dois l'aider bien évidemment à décrypter l'image où le bonhomme trafique le thermomètre et n'insiste pas davantage.

En partant il reconnait notre travail en me disant :

VOUS M'AIDEZ MOI. Faut-il l'écrire AIDER, ai-je bien entendu ce M' ? Il n'est pas totalement guéri de son agrammatisme de départ, sauf dans des énoncés tout faits...

 

PS Cela lui avait tellement coûté qu'il n'a plus voulu reprendre le livre. Nous sommes retournés à notre "Jarnac".

 

Partager cet article

Repost 0