Costume de mariage (trisomie) et langage

Publié le par Jaz

Le premier costume

Le premier costume

A la séance suivant les vacances de Noël, 3 semaines sans venir, Yann, trisomique de 21 ans, m'annonce au téléphone avant de venir ce samedi :

"Veste mariage moi pas encore"

Qu'a bien voulu me dire Yann? Artus (autre trisomique) avait très envie de se marier au même âge. Il se/me répétait tout le temps qu'il ne pouvait pas maintenant... depuis le cauchemar des filles... où il avait clairement exprimé ce désir.

Yann ne peut s'exprimer sur ces sujets, il n'a ni le langage ni la maturité sociale d'Artus. Ce qu'il me dit ainsi m'informe cependant dans sa condensation syntaxique sur le fait que l'interdit est bien passé mais qu'il le comprend comme un délai nécessaire. Reste la pulsion... Il en avait été de même avec Artus.

Sa mère m'a donné la clé de son message : ils lui ont acheté une veste de "costume". Ont-ils prononcé le mot mariage? Peu importe. Ce qui fait l'intérêt du bref échange à ce sujet, en début de séance, c'est le fait que sa mère l'a tout de suite récupéré dans son offensive "ne pas grossir" comme il en avait été question dans la séance du distributeur de boissons à la SAS. 

'On a complété la tenue avec des chaussures. Mais il faut pas grossir. Tu es fort mais il faut des abdos.' "Pas trop coca, grands" - 'doucement... fais gaffe... tu peux manger' Il relève ses manches et me fait tâter ses biceps dont il est très fier.

 

NOËL

J'enchaîne en lui demandant ce qu'il a eu pour Noël. Sa mère, lancée, veut répondre et Yann lui met la main sur la bouche. Il énumère, pendant que sa mère en profite pour s'esquiver.

"piano musique 2017, des boites de CD"

Je n'ai pas envie de m'embarquer dans ses choix musicaux dont j'ignore tout. Je l'oriente vers Noël.

'Où tu étais pour Noël? C'était le fête ? Où, à M*. Ta mère m'avait dit 'on était partis....' Il se décide :

"biba nollan" (c'est incompréhensible) Je reformule n'Hollande (sa mère fait la liaison)

-' chez quelqu'un? à l'hôtel?'

-"à l'hôtel je crois. On a vu papa Noël. Les cloches. J'ai vu passer....(?) De repas"

- 'à l'hôtel pendant tout le temps ?'

-"et au restaurant (au)ssi..."

-'Combien de jours?'

-"4 fois jours (me montre 4 doigts de sa main). Et après on a été (à) Anzé (musée?) Les Égyptiens (montre le papyrus sur le mur). Bateau-mouche".

-'À Paris?'

-"Hollande et Pays-bas. Zé vu plein de (hiéroglyphes)glyphes et le pont... (cf. un des premiers kaplas, comme celui de Van Gogh). (dé)coré plein Noël. Et c'est tout."

'Et après ?'

"L'autoroute on est arrivé de (à?) M* et c'est tout. C'est pas mal."

'Après tu as travaillé?'

"La SAS. Sport hier. On a fait cerceau. On a fait théâtre aussi."

Les photos sont sur l'ordinateur, il ne peut me les montrer (notre support habituel). Il était "sur l'ordinateur" hier, "regarde des musiques".

"oh la la" il met la tête dans ses mains sur la table. Se repose un peu et va sur le divan.

Nous arrêtons la séance.

 

LANGAGE ET PAROLE
Le langage de Yann s'est encore enrichi tant sur le plan lexique que pour la construction d'énoncés. Il s'autonomise peu à peu dans sa parole.

Il revendique de répondre lui-même.
Il utilise l'étayage qu'on lui propose qui met en image ce qui est dit en renforçant sa compréhension par des gestes (montre 4 doigts) "4 fois jour" et renforce la compréhension de "Égyptien" en montrant le "papyrus"..
Il situe le temps "hier" il utilise spontanément un connecteur temporel "et après".

C'est encore et toujours un mélange d'expressions toutes faites "on a vu papa Noël"(figements) et de juxtapositions de mots évoquant une énumération (il s'agit de raconter), sans article, avec parfois des mots invariables (conjonctions de coordination "et", adverbes et formes adverbiales "plein", "plein de", un connecteur "aussi"), il introduit souvent les actions par une reprise catégorielle ("on a fait") introduisant le nom sur lequel elle porte.
Il reprend un des termes d'une question et modalise sa réponse "je crois". Il introduit souvent son point de vue propre "et c'est tout", clôture du récit, "C'est pas mal", évaluation de la tâche.
Sur le fond, il est devenu capable de se rappeler sans le support d'images, cf. les photos qu'il semble avoie mémorisées pour son premier récit (voir le lien).

Yann ne "récite" pas, il "construit" sur un mode parataxique, qu'on pourrait dire agrammatique, les énoncés de son discours.

http://jazblogtest.over-blog.com/2016/08/memoire-image-et-parole-premier-recit-yann-trisomique.html

Commenter cet article