Etayage du récit par l'image 1 Trisomie (Artus)

Publié le par Jaz

Compréhension d'une histoire drôle

Compréhension d'une histoire drôle

En ce début d'année, nous abandonnons provisoirement le travail entrepris sur l'inversion toi/moi qui justifiait aux yeux d'Artus le fait de venir me voir encore, conscient de ne pas trop s'y retrouver, et je lui propose une pile de livres d'images à raconter sur des livres dont il connait certains comme le Fourgon, Dialogue, les mésaventures de IKS, OKS et Cie, et un nouveau, très ancien, immense qui s'effrite presque... "Le baron de Crésus" (Flammarion 1940) regroupant des bandes "humoristiques" paraissant dans des journaux comme le professeur Nimbus ultérieurement. C'est une façon d'arriver à se décentrer qui consolidera nos premiers essais autour de l'inversion pronominale dans le dialogue.

Il ne veut pas des autres et je lui laisse choisir les lignes d'images qu'il voudra bien raconter.

- La première l'intéresse, "Ne dénichez pas les nids ... tôt ou tard cela vous retombera sur le nez..." Il identifie le personnage et voit qu'il s'agit de pousser le nid, nous faisons un travail de langage en identifiant les éléments figurant sur l'image (dont le bâton qu'il va utiliser. Est-ce sa canne ?) et le comique de la situation. La dernière image parle d'elle-même et il a bien compris qu'il y avait des oeufs dans le nid dont il a fait partir l'oiseau qui les couvait.

Ce genre de travail n'avait pas été fait en période d'acquisition du langage puisqu'il avait été dans une situation d'apprentissage classique basé sur la répétition et l'imitation avant d'entrer au collège et ne comprenait rien de ce qu'il lisait ou écrivait quand nous avons commencé notre travail en 6e. A chaque tentative pour travailler avec les supports pré-cités, il protestait, je ne suis plus un bébé.

- Il choisit une deuxième série en bas de la page, "Le pot de terre et le crâne de fer" (un pot de fleur lui tombe dessus et recouvre sa tête en s'enfonçant, 2 agents essaient de l'arracher de la tête, en vain, l'un d'eux brandit sa matraque pour essayer de l'en délivrer. Nous en restons à identifier personnages et situation...

- La troisième est celle de l'illustration de cet article : "des méfaits de la vanité". Artus a déjà été intéressé par la pile d'assiette qui bascule et a du s'identifier au héros quand il assemble les morceaux (cf. sa stéréotypie dans ses dessins depuis toujours). je l'aide à identifier l'avant-dernière image où il "boit" pour fêter l'exposition de son "oeuvre".  Comme il a lu la "morale" j'explique le terme "vanité" sans insister sur "Un malheur n'arrive jamais seul...". 

- La quatrième en haut de la page suivante permet d'approfondir le travail de décryptage de l'image, je dois lui expliquer qu'il s'agit d'un piège de braconnier, d'attacher la ficelle sur un petit arbuste et il s'appuie sur l'écrit pour comprendre que le personnage a été pris à son propre piège. "Du travail bien fait... même pour gros gibier".

- La cinquième permet d'établir des liens logiques entre deux éléments essentiels de l'image : le thermomètre et le radiateur. "De gré ou de force... le thermomètre remontera". Je dois l'aider bien évidemment à décrypter l'image où le bonhomme trafique le thermomètre et n'insiste pas davantage.

En partant il reconnait notre travail en me disant :

VOUS M'AIDEZ MOI. Faut-il l'écrire AIDER, ai-je bien entendu ce M' ? Il n'est pas totalement guéri de son agrammatisme de départ, sauf dans des énoncés tout faits...

 

PS Cela lui avait tellement coûté qu'il n'a plus voulu reprendre le livre. Nous sommes retournés à notre "Jarnac".

 

Commenter cet article

alain l. 05/05/2016 09:47

Bonjour Jaz ...
Très intéressant cet article sur les pronoms ...
Et je vois que la version kiwi d'over-blog n'a plus de secret pour toi maintenant ... Le blog est remarquablement organisé ...
Pour ma part , j'ai effacé mon article test sur le Réveil avant de voir que tu avais déposé un commentaire :-( ... En fait ... lorsque j'ai besoin d'une adresse pour une photo, je crée un article et après , une fois la photo hébergée sur over-blog , je supprime l'article ...

@t

alain

Jaz 09/12/2016 10:13

Bonjour Alain

Tu m'as aidée, tuteur implicite en quelque sorte, je ne me lançais pas sans filet.

Il y a tant à dire sur les pronoms. Dernièrement encore, j'intervenais dans une liste (NPLO) pour dire que lire "je" au lieu de "il" chez un bambin "surdoué" mais handicapé côté le lire/écrire n'était pas innocent et donne des pistes.. Voir articles sur le site.. Débat à lancer sur le ou les narcissisme en vue? Si cela intéresse quelqu'un...

Jaz (qui oublie souvent de signer tout comme de dire bonjour. Implicite encore, mais pas celui de tout le monde)

PS N'hésite pas à poser des questions. Je n'ai plus la partenaire que j'avais à l'origine du site Frédérique Mattéi qui me permettait de m'expliquer sur tout cet implicite. Et d'ailleurs si tu as envie d'écrire de ton point de vue sur ta propre expérience. Je peux te publier (je suis administrateur sans avoir les codes).....